Qu’est-ce que l’oenotourisme ?

oenotourisme

 L’œnotourisme est une thématique très importante. Une nouvelle façon de voyager, de découvrir un territoire et ses traditions. Découvrir l’histoire d’une entreprise, d’une famille et d’un vin. En augmentation ces dernières années, il s’adresse aux touristes désireux de connaître de nouvelles cultures et à toutes les personnes en quête d’expériences émotionnelles. Pour le propriétaire du domaine viticole, l’activité touristique régit les événements et les visites de vignoble guidées de la cave et lui permet de promouvoir ses vins. Pour le territoire, il devient une méthode de valorisation de la production locale, contribue à maintenir les traditions en vie et constitue une opportunité de collaboration en tant qu’offre touristique pour toutes les structures d’hébergement.

L’œnotourisme : origine

L’œnotourisme est né en Italie il y a 30 ans grâce au travail de promotion de deux associations estimées, Città del Vino (1987) et Movimento del Turismo del Vino (1993), qui ont ouvert les portes de leurs caves à l’occasion de diverses manifestations. Ils permettaient aux gens de faire l’expérience personnelle du vin, d’apprendre l’histoire, les origines et le territoire d’un vin. Le succès, véritable essor de ces dernières années, a été favorisé par la possibilité de voyager et de vivre une expérience unique et personnelle. L’œnotourisme existe dans le monde entier et va au-delà d’une simple dégustation de vin, des expériences œnologiques uniques sont proposées. Qu’il s’agisse de dormir dans les vignes ou à l’intérieur des barriques, de visite de cave, de visites guidées de plusieurs jours ou même d’ateliers de dégustation vin avec dégustations et accords spéciaux. Si vous jetez un coup d’œil à l’œnotourisme dans des pays tels que la Californie, l’Australie et le Japon, vous aurez envie de vivre une expérience inhabituelle, comme une dégustation de vin sur un bateau, dans un train, dans un sous-marin, dans un hélicoptère ou dans une montgolfière. La créativité est le mot d’ordre. Rendez-vous sur winalist pour un week end œnologie.

Qui est un œnotouriste ?

Un œnotouriste est une personne qui pratique l’œnotourisme et visite des domaines viticoles à différentes périodes de l’année. Une personne qui a une façon indépendante de voyager et qui inclut dans son voyage une offre vinicole spécifique, souvent intégrée à la culture, au bien-être plutôt qu’à la nature. Un œnotouriste est une personne qui recherche le vin d’une région, qui veut connaître personnellement l’entreprise qui le produit et qui veut parler au producteur. Curieux, il veut savoir ce qu’il y a à l’intérieur et derrière une bouteille de vin et veut ensuite comprendre les caractéristiques du vin dégusté. L’œnotouriste est un amateur de vin. L’œnotouriste est une personne ordinaire qui s’intéresse à la nourriture, à la santé et à la terre. Il organise alors un voyage œnologie.

Loi sur l’œnotourisme

Il semble qu’il y a quelques temps, le ministre de l’Agriculture ait signé le décret réglementant l’hébergement dans les caves à vin. Grâce à ce décret, toutes les activités d’accueil, de diffusion et de dégustation dans les domaines viticoles seront réglementées. Les différentes propositions de route des vins et d’expériences œnologiques entraîneront certainement une augmentation du tourisme, même dans les régions moins connues.

L’œnotourisme de qualité est une question d’accueil et d’hospitalité. Une façon de recevoir, organisée et professionnelle. L’établissement vinicole dispose d’un site web, de propositions d’expériences et d’outils pour réserver ces expériences vinicoles. Les bénéficiaires sont formés, disposent d’un environnement approprié, le service est professionnel, des gobelets en verre sont utilisés et souvent ces expériences sont intégrées à la nourriture, à la connaissance du territoire, à la culture mais aussi à la nature et au bien-être. Qualité du vin et créativité de l’entreprise.

Les orientations du décret sur l’œnotourisme

Tout d’abord, le décret met le tourisme vitivinicole sur un pied d’égalité avec l’agritourisme, même d’un point de vue fiscal, donnant ainsi aux exploitations la possibilité de budgétiser et de facturer les recettes correspondantes. Il convient de rappeler qu’auparavant, il n’était pas possible de facturer les visites, les activités viticoles et même la dégustation de vin. En outre, avant de commencer l’activité, il sera nécessaire de présenter le Scia (signalisation certifiée du début d’une activité) à la municipalité locale. Il existe également des lignes directrices et des normes minimales qui garantissent la qualité du service. En ce qui concerne les activités incluses dans le terme œnotourisme, il s’agit notamment de : visites guidées de vignobles ; visites de lieux où sont exposés les outils utilisés pour la culture de la vigne et où l’on peut s’informer sur l’histoire et la pratique de la viticulture et de la vinification ; les initiatives éducatives, culturelles et récréatives menées dans les caves et les vignobles, y compris les vendanges éducatives ; les activités de dégustation de la production de vin de l’entreprise, également en combinaison avec des aliments, à comprendre comme des produits alimentaires froids, également manipulés et traités par l’entreprise elle-même et prêts à la consommation.

Il s’agit d’un point controversé. Si à l’origine, en effet, le décret ne prévoyait que les « denrées alimentaires prêtes à être consommées », sur proposition des associations professionnelles, la formulation a été modifiée en « produits alimentaires, y compris ceux manipulés ou transformés par l’entreprise elle-même et prêts à être consommés ». Avec la clause selon laquelle il doit s’agir en tout état de cause de produits froids, et donc à l’exclusion des « activités qui préfigurent un service de restauration ».

 

 

Cambodge : le pays des plages tropicales
Documents relatant l’univers insolite du voyageur